Vidéos

Les conséquences de la publicité négative sur la persuasion

Série : Les Grands Communicateurs 2016-2017


Pénélope Daignault, professeure agrégée au Département d’information et de communication à l’Université Laval et chercheuse au Groupe de recherche en communication politique (GRCP). 

Les publicités chocs, utilisées notammant par la Société d’assurance automobile du Québec pour sensibiliser le public aux prinicipales causes (vitesse, alcool, texto, etc.) d'accidents mortels, misent sur la peur. Cette pratique, largement répandue à travers le monde, se nomme la publicité sociale négative. Son objectif est de capter (brutalement) l’imaginaire du récepteur afin qu’il modifie positivement son comportement et ses habitudes. Quels sont les effets de cette forme de communication sur le public?

Alliant psychologie et communication, la professeure et chercheuse décortique les mécanismes qui permettent - ou non - de classer la publicité sociale négative dans la catégorie des stratégies de communication efficientes et persuasives.

Production : Toile des communicateurs / TÉLUQ

Année de Production : 2016-2017

Durée : 60 min


Thématique abordée

Société
Infolettre

Recevez chaque mois un aperçu de nos nouveautés