Émissions

Visages de la danse, saison 4

Et si la danse contemporaine d'ici vous était racontée? Pour la quatrième saison de Visages de la danse, la journaliste Aline Apostolska s'est entretenue avec quelques-uns des plus grands chorégraphes et interprètes de la province. Son ambition : explorer la part d'ombre et de lumière autour de laquelle s'articule le processus créatif de ces figures illustres de la scène québécoise – extraits d'oeuvres marquantes à l'appui.

Production : Circuit-Est centre chorégraphique et Canal Savoir

Année de Production : 2015

Durée : 60 min


Thématique abordée

Spectacle

Benoît Lachambre

« Une conscience cellulaire de ce qui unit tout ; déhiérarchiser le corps pour découvrir un corps en lien, au lieu d'un corps toujours en contrôle. »

Pour le chorégraphe et interprète Benoît Lachambre, l'une des conséquences les plus désastreuses de la colonisation a été l'évacuation des riches traditions et connaissances ancestrales. Par son ferme rejet du classicisme, son adhésion aux pratiques somatiques et ses emprunts au terreau fertile des danses africaines et chamaniques, son oeuvre opère à la fois comme réplique et plaidoyer. Le mouvement parviendra-t-il à dissoudre les frontières, à ramener les êtres à la nature ainsi qu'à la terre qui les porte?

Avec des extraits de :
- Délire défait (1999)
- Forgeries, Love and Other Matters (2004)
- Is You Me (2008)
- Snakeskins (2012)
- Chutes incandescentes (2012)
PROCHAINES DIFFUSIONS :

Mardi 24 octobre 2017 à 13:30

Mercredi 25 octobre 2017 à 14:00

Jeudi 26 octobre 2017 à 03:30

Vendredi 27 octobre 2017 à 01:30

Dimanche 29 octobre 2017 à 03:00

Lucie Grégoire

« Le dépassement de soi-même et le dépassement de ses limites pour accéder à une sorte de transformation intérieure. C'est la base de ma pratique artistique : la métamorphose. »

Toute son oeuvre ne fait pas qu'évoquer littérature, anthropologie et nature, elle les met carrément en scène : dans le mouvement de la chorégraphe et interprète Lucie Grégoire se lit un foisonnement impressionnant de références. Entre New York, Paris et le Japon, entre la vie et la mort, entre le mouvement et l'immobilité, l'artiste qui danse depuis plus de 40 ans s'applique à réconcilier les extrêmes se logeant au coeur de tout être. Sa quête la plus vitale : parvenir à se défaire des strates qui l'empêchent d'accéder à l'essentiel - d'atteindre la plus grande intensité d'expression possible.

Avec des extraits de :
- Vers le Haut Pays (1992)
- Les Choses dernières (1994)
- Hatysa ou l'envers d'une étoile (2003)
- Le retour du temps (2007)
- In Between (2011)
- Ciel et cendres (2014)
PROCHAINES DIFFUSIONS :

Lundi 30 octobre 2017 à 05:00

Mardi 31 octobre 2017 à 13:30

Mercredi 01 novembre 2017 à 14:00

Jeudi 02 novembre 2017 à 03:30

Vendredi 03 novembre 2017 à 01:30

Catherine Tardif

« Un bon interprète reste en contact avec l'état de recherche du désir de l'autre, en oubliant à la rigueur qui il est pour devenir l'instrument de l'autre. »

Pour la chorégraphe Catherine Tardif, l'improvisation devient bien souvent le point de départ du processus créatif. Demandant aux interprètes de participer activement à la recherche du mouvement, elle les amène à trouver leur voix intérieure -faisant d'eux des cocréateurs. Mais la chorégraphe est également interprète : comment Catherine Tardif raccommode-t-elle ces rôles d'initiatrice et d'instrument, qu'elle conçoit comme deux vases communicants nécessaires à l'élaboration de toute pièce?

Avec des extraits de :
- Qu'est-ce qui est noir et blanc et qui fume (1982)
- Léopold et Maurice (1994)
- Trio Métal (2002)
- Un show western (2004)
- 6,3 Évanouissements (2014)
PROCHAINES DIFFUSIONS :

Lundi 06 novembre 2017 à 05:00

Mardi 07 novembre 2017 à 13:30

Mercredi 08 novembre 2017 à 14:00

Jeudi 09 novembre 2017 à 03:30

Vendredi 10 novembre 2017 à 01:30

Daniel Léveillé

« - Vous les choisissez comment, vos danseurs? - Est-ce qu'on choisit une relation amoureuse? Je crois que ça procède exactement de la même façon. »

Né à la campagne dans une famille religieuse, le chorégraphe, interprète et directeur artistique Daniel Léveillé se destinait sans doute à devenir le curé de la famille, pour finalement commencer des études en architecture. Quel fut le moment décisif pour celui qui nous donnera la remarquable trilogie de l'imperfection? Entretien intime sur des sujets aussi variés que la nudité sur scène, l'effacement graduel de la théâtralité dans son oeuvre ainsi que son travail d'enseignant.

Avec des extraits de :
- Fleurs de peau (1979)
- But I love you (1982)
- Amour, acide et noix (2002)
- La pudeur des icebergs (2004)
- Crépuscule des océans (2007)
- Solitudes solo (2012)
PROCHAINES DIFFUSIONS :

Lundi 04 décembre 2017 à 05:00

Mardi 05 décembre 2017 à 13:30

Mercredi 06 décembre 2017 à 14:00

Jeudi 07 décembre 2017 à 03:30

Vendredi 08 décembre 2017 à 01:30

Infolettre

Recevez chaque mois un aperçu de nos nouveautés